Forum Valeurs de la République, du soin et de l'accompagnement : « La tolérance suffit-elle ? »
mer. 16 mars 2016, de 18h30 à 20h30

Inscrivez-vous

Les inscriptions sont closes
Powered by Evenium Net

Détails de l'évènement

Sans un minimum de tolérance, les relations humaines risquent de s’abîmer dans les préjugés, le mutisme, et parfois la violence. C’est particulièrement vrai dans les missions de service public où les intervenants mettent en jeu leur intimité et ce qui leur importe le plus, s’affichent dans leurs divergences et leurs frictions. La culture de la tolérance invite à suspendre humblement son jugement face aux pratiques et aux croyances qu’on ne comprend pas toujours.

La tolérance devient néanmoins problématique lorsque, de digue salutaire qu’elle est, elle dégénère en borne hermétique, lorsqu’en acceptant tout de l’autre par principe, on en vient à hypothéquer la possibilité même d’un dialogue et d’une intercompréhension. Tolérance rime alors avec indifférence. 

Ne faudrait-il pas ajouter à la tolérance un supplément d’âme, qu’on l’appelle simplement respect, curiosité ou sollicitude ?

Grands témoins :

  • Anne Caron Déglise, Magistrate
  • Jacques Hassin, Chef du pôle de médecine sociale, Centre d’accueil et de soins hospitaliers (CASH), Hôpital Max Fourestier, Nanterre

Le forum sera introduit par Emmanuel Hirsch, et conclu par le philosophe Paul-Loup Weil-Dubuc.

L'initiative : 

L'Espace éthique de la région Île-de-France a lancé le 10 décembre 2015 l'initiative « Valeurs de la République, du soin et de l'accompagnement ». Il s’agit de mieux faire connaître et reconnaître les valeurs du soin dans le cadre de la concertation nationale portant sur la refondation des valeurs de la République.

Entre autres démarches, cette initiative propose des forums citoyens organisés dans des lieux publics (notamment les mairies parisiennes), qui permettront à un large public de discuter et d’approfondir les valeurs du soin et de l’accompagnement. Qu’en est-il aujourd’hui dans notre République de la sollicitude et des solidarités à l’égard des personnes en situation de vulnérabilités humaines et sociales du fait de la maladie, des handicaps, du vieillissement ou des pertes d’autonomie ? Au-delà de la sphère médicale ou médico-sociale, d’autres expressions du care sont impliquées dans cette dynamique de la réflexion partagée (justice, éducation, sécurité publique, etc.).

Nous remercions la Mairie du IVe arrondissement de Paris pour son soutien.

Fermer
Chargement en cours...