Séminaire "Anticiper le futur de la santé, un enjeu éthique" : une médecine sans maladie
lun. 16 janvier 2017, de 18h30 à 20h30
Séminaire de recherche interdisciplinaire d’éthique.

Inscrivez-vous

Les inscriptions sont closes
Powered by Evenium Net

Détails de l'évènement

Coordination scientifique : Léo Coutellec

A la maladie est associée l'idée de catégorisation organisée par l'identification des causes et des symptômes. Qu'en est-il lorsque les causes deviennent invisibles, la guérison impossible et que l'identification d'un événement physiopathologique se fait avant l'apparition de tout symptômes ? Peut-on alors encore parler d'une médecine basée sur l'identification et la lutte contre les maladies ? C'est le concept même de maladie qui est en mutation et, avec lui, la place que la médecine moderne accorde à celle-ci. La fin des maladies n'est peut être pas l'issue d'un effort curatif mais l'horizon d'un effort d'anticipation pré-, voire a-symptomatique. C'est l'hypothèse que nous proposons pour cette séance.    

Intervenant : Laurent Denizeau est enseignant-chercheur en sociologie et anthropologie à l'Université Catholique de Lyon. Il a notamment co-écrit le livre "Guérir. Une quête contemporaine" (Editions du Cerf, 2015). Pour en savoir plus, voici sa page : http://www.laurentdenizeau.sitew.com

Présentation du séminaire

Ce nouveau cycle 2016/2017 se situe dans la continuité des séminaires « Anticipation(s) : penser et agir avec le futur » et qui a rassemblé 32 intervenants (philosophe, sociologue, psychologue, juriste, médecin et praticien du soin) pendant deux ans (2014-2016). 

Anticiper les futurs de la santé, c’est anticiper la santé du futur – mais pas seulement. Il ne s’agit  pas d’établir une liste des nouvelles technologiques ou d’objets qui forment et formeront ce que l’on appelle désormais la santé numérique. Anticiper les futurs de la santé, c’est surtout et davantage s’interroger sur le champ de possibilités qui semblent enfouies à l’heure actuelle par certains tropismes technologiques. Anticiper les futurs de la santé, c’est identifier collectivement et le plus en amont possible les enjeux éthiques que cela implique ; prendre soin de la santé du présent et de notre façon d’y être attentif sans contraindre l’espérance d’un futur meilleur. Enfin, anticiper les futurs de la santé, c’est remettre au centre des préoccupations une éthique de l’anticipation comprise comme une éthique de notre façon de prendre soin du futur.

Au fil de huit séances, nous ferons à la fois de l’anticipation un objet et une pratique. Lors du premier séminaire (« Anticipation(s) : penser et agir avec le futur », 2014-2016) où il s’agissait avant tout de distinguer les figures et les dispositifs contemporains de l’anticipation, nous avons ainsi identifié la prédiction, la projection et l’adaptation comme trois figures majeures de l’anticipation. Le nouveau séminaire mettra les résultats de ces recherches à l’épreuve du champ de la santé, privilégié par l’orientation des recherches de l’Espace éthique Ile-de-France. Notre intention est, pour chaque séance, d’explorer un « futur de la santé » en proposant à l’intervenant de réagir à une fiction construite par sous-détermination (opération qui consiste à soustraire un élément structurant d’un ensemble).

Coordination scientifique : Léo Coutellec, Alexia Jolivet, Sebastian J. Moser, Paul-Loup Weil-Dubuc & Emmanuel Hirsch

Partenariat presse : Usbek&Rica, What’s up Doc

Fermer
Chargement en cours...