« Entre sciences et politique, que peut la bioéthique ? »
ven. 20 avril 2018, de 09h00 à 13h00

Inscrivez-vous

Les inscriptions sont closes
Powered by Evenium Net

Détails de l'évènement

Vendredi 20 avril 2018, Assemblée nationale (Salle Colbert, 9h-13h)

Les évolutions technoscientifiques sont au cœur de forts enjeux de divers ordres – sociétaux, éthiques, politiques, économiques, géopolitiques, thérapeutiques, culturels, etc. La bioéthique en est souvent réduite à la passivité d'un consentement, d’une acceptation conditionnée ou d'un refus à l'égard des évolutions, voire des mutations scientifiques. A l’épreuve d’innovations intervenant dans le champ d’une compétition internationale, quelles valeurs produire, autre qu’incantatoires, et qu’en est-il d’une législation soumise à révisions régulières ? Est-il possible d’anticiper et de réguler alors que s’accroit la complexité et la multiplicité des défis ? Convient-il de repenser nos principes démocratiques, de développer une intelligence collective à hauteur d’enjeux inédits ? Il n’est rien d’évident en ces domaines. En témoigne le processus de révision de la loi relative du 7 juillet 2011 dans le cadre d’États généraux, ouverts cette année aux thématiques comme l’intelligence artificielle ou les données de masse. Hier, la bioéthique concernait essentiellement la biomédecine. Aujourd’hui il ne s’agit pas moins que de se demander « Quel monde voulons-nous pour demain ? », selon l’accroche retenue par le CCNE pour ces États généraux.

Ce colloque intervient dans le parcours fait de rencontres et de débats que propose l’Espace éthique Ile-de-France à cette occasion. Organisé à l’Assemblée nationale avec Jean-Louis Touraine (Député du Rhône, vice-président de la commission des affaires sociales) il se fixe comme objectif de réfléchir à un rôle pour la bioéthique qui soit ni seulement celui d'un compagnon vigilant, ni seulement celui d'un censeur, mais bien un rôle actif de propositions. Il s'agira de se demander en somme comment donner à la bioéthique davantage de prise sur le présent et sur le futur de nos sociétés.

Les évolutions technoscientifiques sont au cœur de forts enjeux de divers ordres – sociétaux, éthiques, politiques, économiques, géopolitiques, thérapeutiques, culturelles, etc. La bioéthique en est souvent réduite à la passivité d'un consentement, d’une acceptation conditionnée ou d'un refus à l'égard des évolutions, voire des mutations scientifiques. A l’épreuve d’innovations intervenant dans le champ d’une compétition internationale, quelles valeurs produire, autre qu’incantatoires, et qu’en est-il dune législation soumise à révisions régulières ? Est-il possible d’anticiper et de réguler alors que s’accroit la complexité et la multiplicité des défis ? Convient-il de repenser nos principes démocratiques, de développer une intelligence collective à hauteur d’enjeux inédits ? Rien n’est rien d’évident en ces domaines. En témoigne le processus de révision de la loi relative du 7 juillet 2011 dans le cadre d’États généraux, ouverts cette année aux thématiques comme l’intelligence artificielle ou les données de masse. Hier, la bioéthique concernait essentiellement la biomédecine. Aujourd’hui il ne s’agit pas moins que de se demander « Quel monde voulons-nous pour demain ? », selon l’accroche retenue par le CCNE pour ces États généraux.

Ce colloque intervient dans le parcours fait de rencontres et de débats que propose l’Espace éthique Ile-de-France à cette occasion. Organisé à l’Assemblée nationale avec Jean-Louis Touraine (Député du Rhône, vice-président de la commission des affaires sociales) il se fixe comme objectif de réfléchir à un rôle pour la bioéthique qui soit ni seulement celui d'un compagnon vigilant, ni seulement celui d'un censeur, mais bien un rôle actif de propositions. Il s'agira de se demander en somme comment donner à la bioéthique davantage de prise sur le présent et sur le futur de nos sociétés.

Le colloque se composera de deux parties :

 

9h - Ouverture

Jean-François DELFRAISSY

Président du Comté consultatif national d’éthique

 

1. En quoi la bioéthique relève-t-elle du politique ?

Frédérique DUMAS

Députée des Hauts-de Seine, vice-président de la commission des affaires culturelles et de l’éducation

Jean-Louis TOURAINE

Député du Rhône, vice-président de la commission des affaires sociales, Assemblée Nationale

Hervé CHNEIWEISS

Neurologue, membre du Conseil scientifique de l’OPECST, président du comité d’éthique de l’INSERM

 

10h45- Pause

 

11h

2. Édicter des règles, se fixer des limites a-t-il encore un sens ? 

Frédérique BOZZI

Conseillère à la Première chambre civile, Cour de Cassation

Laurent CHAMBAUD

Directeur de l’École des hautes études en santé publique

Pierre GIORGINI

Président-recteur de l’Université catholique de Lille

Bertrand MATHIEU

Professeur agrégé des facultés de droit, Conseiller d’État en service extraordinaire

 

Présentation

Valérie DEPADT

Maître de conférences HDR en droit privé, Université Paris 13, Conseillère de l’Espace éthique Ile-de-France

Emmanuel HIRSCH

Directeur de l’Espace éthique Ile-de-France, professeur à l’Université Paris-Sud-Paris-Saclay

Fermer
Chargement en cours...